Quand on est entrepreneur, il faut apprendre de ses échecs

Travailler chez LIDL


Quand on est entrepreneur, il faut apprendre de ses échecs

 

Vous avez forcément entendu dire qu’il fallait apprendre de ses erreurs, que dans la vie d’un entrepreneur, les échecs étaient ce qui le rendait plus fort. À force, on peut se dire que ce genre de phrase toute faite n’a pas vraiment de sens. Pourtant, il s’agit réellement d’un conseil très utile lorsqu’on se lance dans la création entreprise Madagascar.

 

On retient plus facilement ses erreurs

 

Depuis que vous êtes enfants, vous avez dû remarquer qu’on avait tendance à mieux retenir nos erreurs que la plupart des autres choses. Que ce soit à l’école, lorsqu’on fait une bêtise ou lors d’une compétition, l’échec, l’erreur et la défaite sont des choses qui nous marquent.

 

L’important est de bien s’en souvenir et de comprendre les mécanismes qui ont mené à cet échec. De cette façon, la fois suivante, on essaiera de ne pas commettre les mêmes erreurs et d’obtenir un meilleur résultat.

 

Cet apprentissage ne s’arrête pas une fois l’enfance terminée. Tout au long de notre vie, nous apprenons de nos erreurs et essayons de ne pas les répéter. Dit comme ça, on pourrait presque voir la vie comme une succession d’erreurs qui nous permettent de progresser.

 

L’aventure entrepreneuriale est semée d’erreurs

 

Il existe différentes natures d’erreurs. Généralement, quand on parle d’un échec on désigne une erreur importante qui nécessite presqu’un départ à zéro. Exportée dans l’univers de l’entrepreneuriat, cette notion prend un sens bien précis. Ainsi, on va commettre régulièrement des erreurs, et le bu est justement d’essayer de les devancer pour ne pas se faire avoir. Cependant, l’échec survient quand le projet n’est plus viable.

 

Quand cela arrive, on est logiquement démoralisé et on peut vouloir abandonner toute ambition de créer une société à Madagascar. Pourtant, il faut voir l’échec comme faisant partie de l’aventure. Nombreux sont les grands entrepreneurs qui ont dû changer de projet ou repartir de zéro.

 

Une maxime dit que ce ne sont pas les gens qui échouent, mais les structures d’entreprise. Autrement dit, il suffit parfois de changer quels fondements au niveau de la structure pour que le projet connaisse le succès.

 

Dans tous les cas, il ne faut pas se décourager, et quand on a l’esprit d’entrepreneur, on doit être prêt à passer outre l’échec.